Continuer d'aimer - Roman - Marcus Hönig

"Le foyer était la famille. La mission des assistants : garantir qu’elle perdure. Aimer sans se lier de folie."

DISPONIBLE DANS TOUTES LES LIBRAIRIES
cultura  fnac  decitre  amazon  place des libraires

Continuer d'aimer - Roman - Marcus Hönig

Continuer d'aimer
284 pages
ISBN 978-2-322-08181-3

Roman - parution septembre 2017
Illustration de couverture : Marielle Tollis (prix jeune talent 2011 de la société civile des auteurs multimédias)
Correction, relecture : Isabelle Cêtre-Langonet (correctrice professionnelle, sensible et créative)

Résumé

Chaque matin se recomposait la ligne de force du foyer, cathédrale vivante aux rythmes bigarrés.
Du salon parvenaient les habituelles insultes et menaces.
Vicky restait calme. Calme et belle dans ce tumulte cacophonique, dans cette forêt d'âmes, dans ce bouquet de vies.

 

Presse et blogs, commander un exemplaire de presse

Continuer d'aimer, critiques

L'avis de handicap.fr

Ce roman alerte nous raconte la vie dans un foyer accueillant des personnes porteuse de handicap à travers une série de portraits non dénués d'humour.

L'auteur nous délivre une histoire sous forme de conte contemporain portée par des personnages attachants. Les portraits de résidents et de soignants se mêlent autour d'une intrigue où transparait beaucoup d'humanité, d'espoir et d'humour.

https://aides-techniques.handicap.fr/prd-continuer-aimer-honig-323-8527.php

icone menu jaune

"Quelque chose dans son regard disait : si tu essayes de m'aimer je te casse la gueule, mais je t'en prie, essaye quand même."
Géniale et bienfaisante littérature qui prend le parti de l’amour… mais attention!… de l’amour en tant qu’intelligence émotionnelle, poursuivant sans relâche son travail de désamorçage des malheurs.
Littérature extrêmement lucide, équipée des armes très efficaces que sont l’humour, la psychanalyse et la poésie, sans niaiserie, ni dogmatisme, ni noirceur.
Une intelligence sensible consacrée à peindre avec éclat la vie – cette salope, tortionnaire comme elle peut être – telle qu’elle se déroule dans deux foyers – oh! le beau mot pour désigner tout à la fois le feu dans l’âtre et la maisonnée, (mais aussi, notez-le, le cœur-déambulatoire du théâtre) ce qui est tout de même drôlement bien adapté pour parler du “Murmure”, foyer d’accueil où se joue la tragi-comédie du handicap au quotidien.

L’amour-travail donc, lucide, courageux, rieur, pour peindre la vie qui continue d’être aimée malgré toutes ses vacheries, vie effervescente et hautement colorée, dans deux foyers, deux familles qui finiront pas n’en faire qu’une par la grâce d’une douleur partagée ; l’une traditionnelle, Madame, Monsieur et leur fille Annie, l’autre beaucoup plus nombreuse et surprenante, avec mère et père symboliques et enfants super déglingués, dont un comportant plusieurs morceaux qui parfois s’éparpillent…

Immédiatement séduit pas le style de l’auteur, et immédiatement captivé par le caractère et le destin de ses personnages, j’ai laissé tomber tout ce que j’avais à lire d’autre pour jouir à fond du spectacle de la vie vraie, reconstituée sur la scène du petit atelier-théâtre de Marcus Hönig, sorte de Geppetto virtuose, créant ses personnages avec des bouts de tissu humain arrachés aux griffes de divers monstres, vous savez, ceux qui dévorent les êtres malchanceux passant à leur portée, à savoir : accidents génétiques ou de la route, maltraitance enfantine, abandon, et j’en passe.
Pour partager la vie tumultueuse de ces rescapés et prendre soin d’eux il y a Vicky :
"Pour rien au monde elle n’aurait échangé sa place de responsable de foyer épuisée contre une autre. Sa fatigue était si intense qu’il ne lui restait que l’espoir et la confiance, qui n’étaient pas moins voraces en énergie. (…) Je suis capitaine d’un navire dont les rames partent dans tous les sens et mon équipage est complètement défoncé.(…) Elle fuyait elle aussi du monde des gens normaux et sa drogue à elle, c’était eux, ses personnes. Ce sont eux qui la portent quand la barre est trop dure à tenir. Ils sont à la fois la tempête et la consolation.”

Ces ”personnes”, leurs aides-soignants ou éducateurs, Vicky elle-même, Anne, la directrice anorexique, Judith, la psy, et les trois Lequart qui composent la famille traditionnelle (le couple parental tout droit sorti d’un burlesque et sarcastique film de Tati, et leur fille Annie, magnifique Botero surnommée Melba par la directrice écœurée par sa profusion de chair), tous ont cette force particulière qu’ont les caricatures… Ces traits accusés qui frappent avec peu de matière, comme simplement ébauchés. Et pourtant ils émettent de longues modulations, vibrent d’une vie riche et pleine, existent authentiquement, et ça, c’est le miracle du ton Hönig, marionnestiste magicien, capable de faire d’un être fabriqué rudement, à l’économie – avec des manques et comme handicapé donc, ainsi que le sont tous les personnages que l’on invente, – un être entier, émouvant, en un mot : une personne.

On trouve sur les étagères de son atelier-théâtre des objets littéraires qui sont des bijoux absolus, posés là, numérotés chapitre 31 ou 53, très courts et fabuleusement nécessaires à la composition et à la dynamique de l’ensemble, la bio de Monsieur par exemple en 31, et en 53 cette scène où se concentre et se goûte le style percutant et subtil de l’auteur :
« Dans la nuit, Monsieur Lequart reçut son carton d’invitation et franchit les portes du coma. Il y entra comme on descend dans une cave fraîche où il ne subsiste aucune lumière. Ses douleurs cinglantes s’essoufflaient. Elles devenaient, comme la lumière, inutiles à transporter là où il allait. Il se détendait et bien malgré lui, Monsieur Lequart, pudique d’entre les pudiques, laissait échapper, de temps en temps, un petit gaz qui animait les draps et ne manquait pas de dessiner un sourire sur le visage de sa femme. »

Toutes affaires cessantes, lire “Continuer d'aimer”, pour développer, au moins le temps de cette lecture, des capacités supérieures de compréhension, de dédramatisation et de courage.

https://clapincasse.blogspot.fr/2018/01/continuer-daimer-de-marcus-honig.html?spref=fb

icone menu jaune

Il y a bien des bruits et bien de la vie au foyer « Le Murmure »…On y croise Marthe, un peu cleptomane, qui se balade comme « habillée du corps de quelqu’un d’autre » et qui a une peur bleue du casque dont on la menace si d’aventures elle se blessait encore…Puis, il y a Francine, qui porte le casque, elle, et qui possède l’art surprenant de la syncope soudaine; René, qui comprend mal le jeu subtil des amitiés et qui le résume à sa façon dans ses tonitruants « t’aime/ t’aime plus »…Et puis Philippe, qui veut toujours téléphoner à sa maman et fumer une cigarette…Ce sont les résidents du foyer « Le murmure », pas des malades, pas des patients, pas des pauvres-des PERSONNES. Autre série de portraits: celle des soignants dont la figure centrale est la belle Vicky que l’on trouve ,au début du roman,le regard noyé dans le « cheval rouge » de Chagall, cheval rouge qui aura subi à la fin du roman les mêmes transformations que chacune des personnes croisées si un tableau n’existe que par le regard…Et puis l’énorme Annie qui cache un secret dans les trois plis de son ventre…De l’autre côté du foyer, c’est le monde de l’apparence et du non-dit (ou son frère jumeau le bavardage.) Ce monde-là, c’est monsieur Lequart, à l’esprit « comme une haie bien taillée », qui l’incarne. Lui non plus n’échappera pas aux changements et s’il finira avec « la même gueule de chien », au moins, il n’aboiera plus…

Le roman de Marcus Hönig évite tous les poncifs qui étaient à craindre avec un tel sujet…Jamais larmoyant, ni lourd, ni voyeur, le récit de vie des PERSONNES du foyer « Le Murmure » est alerte, plein de vie et non-dénué d’humour. il ne s’attarde pas et brosse par petites touches le portrait de chacun parvenant à nous le rendre attachant. Les retours en arrière dans la vie d’Annie sont bien intégrés au récit et ne gênent en rien la lecture de ce roman court qui ne s’encombre pas de métaphores et laisse un profond sentiment d’humanité et de poésie du regard.
https://lireditelle.wordpress.com/2017/10/28/continuer-daimer-de-marcus-honig/

icone menu jaune

Un roman qui se déroule pour sa plus grande partie dans un foyer pour personnes handicapées et en tant qu’éducatrice spécialisée de formation, je ne pouvais qu’être intéressée par le sujet, surtout que ce récit porte en lui un champ plus universel que le seul handicap comme précise Marcus Hönig.
Voici la quatrième de couverture : « Chaque matin se recomposait la ligne de force du foyer, cathédrale vivante aux rythmes bigarrés. Du salon parvenaient les habituelles insultes et menaces. Vicky restait calme. Calme et belle dans ce tumulte cacophonique, dans cette forêt d’âmes, dans ce bouquet de vies. »
Les personnages de ce roman « Continuer d’aimer » sont très attachants, à la fois vulnérables dans la mise en lumière de leurs faiblesses, de leurs excès, de leurs souffrances et admirables, dans cette force de vie incroyable qui les animent.
J’aime ces récits qui touchent…
J’aime ces portraits tranchés, en noir et blanc, mais aussi tissés avec les fils colorés de la vie…
J’aime ces romans où l’auteur amène son lecteur à comprendre les raisons pour lesquelles tel personnage est devenu celui qu’il est…
J’aime ces récits qui nous amènent à réfléchir sur le sens de la vie, sur les capacités de chacun à rebondir face aux événements et face aux épreuves. Des sujets graves sont évoqués comme les troubles alimentaires, le handicap, la dépendance, la perte d’un enfant, les secrets de famille, le cancer…
J’aime les histoires de vie où les sentiments et les émotions se mélangent, se côtoient, se confrontent, s’animent, pour prendre vie…
Voici quelques extraits qui m’ont particulièrement touchée :
« Elle garda le silence comme on garde un trésor. Trente ans de silence et l’espoir de pouvoir enfin dire un mot. » p 159
« Chacun avait ses soucis, ses qualités, ses espoirs, sauf elle. Elle vivait de la vie des autres. » p 215
« Annie respirait difficilement sous son cachot. Elle avait perdu la clé d’elle-même, elle ne pouvait, seule, se sauver et sentir à nouveau l’air du jour et le clair de lune sur sa belle peau. Elle vivait pourtant, mais si loin. Cent kilos de grossesse l’étranglaient et la tenaient fermement à la surface de la vie. » p 221
« Il avait raison, la bonne stratégie était de faire le deuil de ce que nous ne sommes pas. » p 233
« Quelle vie tranquille elle aurait pu avoir, entourée de gens normaux ! Mais les gens normaux, cela n’existait pas et elle n’avait pas besoin de l’avis éclairé de Judith pour le savoir. » p 249
« Il ne restait qu’elle sur la terre, à souffler sur les braises d’un espoir perdu, d’une famille brisée, de caractères criards, de vies déglinguées. » p 251
Je comprends parfaitement que cet ouvrage reçoit un bon accueil, y compris du milieu spécialisé (parents de personnes touchées, critiques littéraires, média spécialisé handicap.fr…)
Je vous remercie Marcus pour ce cadeau livresque ! Et merci également de votre intérêt pour le milieu de l’éducation spécialisée…
Vous qui me lisez, n’hésitez pas à découvrir ce roman…

Je finirai avec ces mots de Jean-Paul Sartre : « L’important n’est pas ce qu’on fait de nous, mais ce que nous faisons nous-même de ce qu’on a fait de nous. »

Isabelle le Tarnec - éductrice sépcialisée - http://isabelle-le-tarnec.fr/continuer-daimer/

icone menu jaune

Encore un livre qui devrait faire taire les anti-autoédition, car la plume de Marcus Honig est d’une grande qualité. L’auteur nous invite à entrer dans un foyer très particulier, rempli de personnages un peu « fous », en marge du monde « normal ». Entre autres, il y a Philippe, premier personnage à apparaître dans le récit. Handicapé, amnésique, n’ayant qu’un oeil et plus de dents, il est cependant attachant. Il y a également Vicky, responsable du foyer, qui vit par procuration ; Anne la directrice anorexique ; et René, Marthe, Francine, Stéphane, Diairmaid… Enfin, il y a Annie, nouvellement embauchée, obèse et fumeuse de gauloises.
Parallèlement, une autre histoire se déroule, celle de la famille Lequart, dont la fille de 16 ans est enceinte. Naturellement, les deux histoires s’entremêlent, l’une permettant de comprendre l’autre. Marcus Honig jongle avec brio entre les deux récits. Au point qu’une question se pose : qui est le personnage principal ? Cela n’a rien d’évident, tant l’auteur explore les différentes facettes de chacun. Annie et Philippe semblent les héros désignés de l’histoire, mais n’est-ce pas plutôt Vicky, observatrice des intrigues qui se déroulent dans le foyer, ou encore Madame Lequart, observatrice de sa famille défaillante ?
J’ai été agréablement étonnée par la faculté de Marcus Honig à se placer dans la peau de ses personnages féminins. Cela n’a rien d’évident. La maternité notamment est un sujet complexe à aborder, et l’auteur le fait avec délicatesse et authenticité, sans jamais forcer le trait. De même, les personnages pourraient paraître facilement caricaturaux et ne le sont jamais, peut-être parce que l’auteur-narrateur les décrit hors de tous jugements moraux.
Un bémol ? La fin, un peu attendue. Mais à bien y réfléchir, il semble difficile de conclure autrement.
Bref, une très belle découverte que cette plume mélodieuse, plume de conteur. Et l’envie de découvrir les autres écrits de Marcus Honig.

Blog littéraire Loli Artesia https://loliartesia.com/2018/04/20/continuer-daimer-marcus-honig/

icone menu jaune

Après Planète verte, une fable politique d’anticipation, Marcus Hönig nous propose Continuer d’aimer, son nouveau roman. L’action se déroule dans un établissement pour personnes handicapées dans lequel arrive une nouvelle employée, Annie, qui semble cacher un bien lourd secret.

Dans Continuer d’aimer, Marcus Hönig joue avec les repères aussi bien temporels que géographiques. Les flashbacks sur la vie des personnages, afin d’expliquer leur destin, sont nombreux mais jamais l’auteur ne donne une date qui permettrait d’ancrer les événements dans une chronologie concrète. De même, le lecteur n’aura pas de nom de lieu et le récit se déroule finalement dans des endroits qui, par leur côté neutre, deviennent universels. Je crois bien que le seul élément que l’on peut réellement rattacher à notre réalité est la Ford Fiesta d’Annie. Ainsi, et comme c’était déjà le cas avec Planète verte, le nouveau roman de Marcus Hönig emprunte les chemins de traverse du conte et de la fable. Chacun peut y projeter ses références et son imaginaire. A la lecture de Continuer d’aimer, se mêlaient dans mon esprit les images de Vol au-dessus d’un nid de coucou (forcément) mais aussi l’univers et la galerie de personnages de Tim Burton.

Ce qui fait cependant la force de Continuer d’aimer, c’est bien la qualité d’écriture. Les progrès accomplis depuis Planète verte m’ont franchement impressionné. Marcus Hönig fait preuve d’un réel talent de conteur, piochant aussi bien dans le drame que dans la comédie. Et toujours avec beaucoup d’humanité.

J’ai passé un excellent moment à la lecture de ce beau roman que je ne peux que vous conseiller.
http://kultureshoot.com/continuer-daimer

icone menu jaune

Un récit poignant avec des personnages attachants
Avec Continuer d’aimer, Marcus Hönig nous offre un récit poignant, aux antipodes de ce que j’ai l’habitude de lire et d’apprécier. Et j’avoue avoir été complètement conquise.
L’histoire se situe pour sa grande majorité dans un foyer pour personnes handicapées. Là-bas travaille Vicky, jeune femme solitaire qui vit pour son travail et ses pensionnaires. Un jour, arrive une nouvelle employée, Annie. Cette dernière semble cacher un secret qui l’a amenée à cet endroit. Quel lien a-t-elle avec ce lieu ? Et c’est sous les rires, les larmes, la violence que sa quête commence.
Tout un éventail de personnages se croisent et se décroisent au gré des moments. Et même si ils sont tous différents et pourraient même être qualifiés d’anti-héros, un point commun les caractérise. Ce sont tous des personnages meurtris par la vie, qui tentent de survivre dans le microcosme assez réduit qu’est le foyer. Et plus l’histoire avance, plus on ressent de la pitié pour chacun d’eux. Au final, on s’attache à eux et on éprouve de la sympathie.
La plume et le style d’écriture de l’auteur sont tout bonnement excellents. Il arrive à bien nous retranscrire les sentiments et émotions de chacun avec une touche d’humour un peu noir et un ton acerbe. Régulièrement, l’auteur fait des bonds dans le passé pour approfondir l’histoire d’Annie. Ainsi, une empathie se créer entre elle et le lecteur. Dans ce roman, Marcus Hönig parle beaucoup du handicap. Mais pas négativement. Certes, des moments difficiles peuvent survenir, mais à côté, nous avons également droit à des scènes plus légères, plus touchantes, sans être forcément larmoyante. On y parle aussi de maladie, mais soit c’est tourné vers l’humour, voire la dérision (l’anorexie) soit au contraire vers le dramatique (le cancer). Pour conclure, je dirais que Continuer d’aimer est un livre qui explore bien certaines facettes du genre humains. Quels que soient nos problèmes physiques, mentaux, il montre bien les différentes manières dont l’amour peut prendre forme. Un livre qui peut paraître déroutant au début, mais que je vous conseille vraiment de lire.
http://www.fantaza-book.com/2017/10/25/continuer-daimer/

icone menu jaune

Mon avis, quelques mois après la lecture, reste imprégné du souvenir  de personnages d’une diversité étonnante. L’ambivalence des profils peut être traitée selon un double degré d’interprétation. Annie, malgré ses mensonges, fait preuve d’un sens de l’humour et d’une auto-dérision remarquables, ce qui la rend attachante.  À l’inverse,  la figure du père, manipulateur et intransigeant, est présentée de façon à le rendre détestable, même si sa personnalité  et ses choix peuvent être en fin de compte compris. C’est en effet la force  de ce roman qui véhicule des valeurs nobles tellles que l’acceptation et la tolérance.        
Roman poignant, Continuer d’aimer nous entraîne paradoxalement loin des romances aux happy endings hollywoodiens. Il est l’invitation à la tolérance et au don de soi pour l’acceptation de l’autre; de tous les autres. L’auteur déploie en effet,  avec brio, un éventail d’anti-héros aux personnalités aussi diverses  qu’atypiques. De même, il est la sonnerie, celle qui rappelle l’imprévisibilité d’une vie capricieuse. Le rappel de la conséquente nécessité de continuer de rêver et de croire à tout prix. Avec Continuer d’aimer, la fiction s’inspire de la réalité à tel point que les deux se confondent.
https://livre.fnac.com/a11031895/Marcus-Honig-Continuer-d-aimer

icone menu jaune

Des personnages attachants, cabossés par la vie mais en vie. De l'humour aussi, comme un carburant pour continuer. Et de l'amour bien sûr, celui d'une mère mais aussi l'attachement entre les personnages. Un drame, des rencontres, des souffrances, de l'amour, des liens qui se tissent et qui permettent de continuer à avancer.

icone menu jaune

Continuer d’aimer est un roman très touchant, autant par l’histoire qu’il raconte, que par ses personnages et l’écriture à la fois fluide et poétique qu’il emploie. Ses personnages sont tous isolés par de sombres histoires mais c’est également ce qui les lie et forge le vivre ensemble sous ce toit. J’ai été particulièrement touchée par le personnage d’Annie évidemment, mais pas seulement : Vicky, Mme. Lequart et Anne par leurs histoires personnelles et leurs personnalités complexes le sont aussi. Le roman se concentrant particulièrement sur l’histoire d’Annie et la recherche de son fils, j’aurais aimé lire davantage de passages flashback (qui compte parmi mes favoris) chez les Lequart, sur sa grossesse difficile, la dureté de son père, l’impassibilité/impuissance de sa mère… Les focus qui sont faits sur ces 4 personnages et qui nous entrainent à la découverte de leurs personnalités sont les passages du roman que j’ai préférés. J’aurais d’autant plus apprécié que la même attention soit portée aux autres habitants de cette maison d’accueil (Marthe, René, Diairmaid, Stéphane…). Seul point un peu confus à mon sens : nommer deux personnages (si différents !!) par des prénoms si proches Anne/Annie…Cela m’a un peu égaré au début de ma lecture.

icone menu jaune

Continuer d’aimer est un roman singulier dont l’action se déroule dans un univers particulier : celui d’un établissement d’accueil pour personnes handicapées. Pas handicapées physiquement, mais endommagées psychiquement, dirais-je, pour essayer de me rapprocher de la vérité de ce roman aussi truculent que déconcertant.
Déconcertant, en tout cas pour moi, parce que je me retrouve projeté dans un monde que je connais peu, celui des gens dit « fous ». Du moins est-ce le terme générique qu’on leur donnait, avant que le politiquement correct vienne faire le ménage dans notre vocabulaire ! Dans ce refuge, le personnel encadrant est presque aussi « dérangé » que les personnes accueillies… à tel point qu’on se demande parfois qui est qui ! Mais c’est aussi ce qui rend ce roman attachant, cette zone grise où la vérité n’est pas telle que nous pensons la connaître. Et c’est également cette folie des gens « normaux » qui permet de donner au récit cet humour sans lequel certaines situations tourneraient au sordide.
Déconcertant également parce qu’une fois ce livre refermé, il me reste une impression un peu brumeuse, à l’image de cette fameuse zone grise dont je parlais. Cela ne tient pas à l’histoire : elle est bien construite et l’on en suit facilement le déroulement, malgré quelques retours en arrière qui ne brouillent rien, mais au contraire, apportent un éclairage plus précis sur l’un des personnages. De plus, le style est agréable et l’écriture, si elle ne fait pas crier au génie, n’appelle pas de reproche quant à la maîtrise de la langue. Ce sentiment de flou vient plutôt des protagonistes : le pivot de ce roman reste sans aucun doute Annie ; tout tourne autour de son histoire, passée et présente, mais un autre personnage (Vicky) joue un rôle important, voire primordial, puisqu’elle est également le mât de soutien de tout cet édifice, c’est-à-dire du foyer d’accueil, et de l’histoire elle-même. C’est d’ailleurs la seule évoquée dans le résumé… Or, je trouve que Vicky n’a pas reçu le traitement qu’elle mérite. On connaît d’elle quelques détails, mais elle manque d’épaisseur, de points d’accroche.
C’est peut-être un choix délibéré de l’auteur, de la laisser comme cela, personnage un peu éthérée, espèce d’entité bienveillante, ange gardien discret… mais pour ma part, Vicky est à l’image de l’ensemble (ou est-ce le contraire ?) Je veux dire que le message reste pour moi un tantinet sibyllin, comme un tirage du Yi King… On en comprend les grandes lignes, mais le fond reste indéterminé.
Au final, j’ai l’impression d’avoir passé un joli moment de lecture, mais l’image s’estompe rapidement pour ne laisser qu’un sentiment d’incertitude. Néanmoins, c’est un livre que je conseillerais volontiers, pour cette galerie de personnages baroques et le message très positif qu’il renvoie, même si celui-ci manque un peu de corps à mon goût.

http://poljackleblog.blogspot.fr/p/blog-page_60.html

Nous avons 24 invités et aucun membre en ligne