Planète Verte  - Roman Marcus Hönig

" Il suffit de peu de choses pour que jaillisse la sauvagerie. Conservons des liens amicaux avec la complexité. Il s'agit de se méfier de ce qui est primaire, universel, pauvre et radical. "

DISPONIBLE DANS TOUTES LES LIBRAIRIES
cultura  fnac  decitre  amazon place des libraires chapitre

Planète Verte - Roman Marcus HönigPlanète Verte
212 pages
ISBN 978-2-322-17457-7

Éditions BOD
Les romans sont distribués par la Sodis, retours autorisés
Roman - réédition juillet 2017 (1re édition novembre 2016)
Illustration de couverture : Marielle Tollis (prix jeune talent 2011 de la société civile des auteurs multimédias)
Photo en 4ème de couverture : Vincent Favre

Résumé

Dans un futur très proche, la France est tombée aux mains d’un parti d’extrême droite et de sa présidente Marion Seillard. Dans ce pays où même nourrir la population devient un problème, Marco tente d’élever seul son fils. Il va bientôt se retrouver mêlé à des enjeux qui le dépassent …

 

 Presse et blogs, commander un exemplaire de presse

icone menu jaunePlanète verte, critiques

J’avoue qu’au départ, je me suis demandée dans quelle lecture je m’étais embarquée! Je trouvais le livre hyper angoissant, la description d’un climat social où rien ne va me mettait vraiment mal à l’aise et la super Présidente qui est un dictateur caché est pour le coup vraiment effrayante !         
Je pense que j’ai ressenti tout ça à la lecture car, on ne peut s’empêcher de se dire que tout cela pourrait nous arriver. Et pour le coup, cette lecture nous fait vraiment réfléchir !
Ce livre nous permet de suivre tantôt le point de vue des politiques, tantôt le point de vue de citoyens français sur un sujet d’actualité, en lien avec l’écologie et notre alimentation. Cela donne une très bonne cadence aux actions, on ne s’ennuie jamais mais surtout, petit à petit, on s’attache aux personnages. Mon petit coup de coeur pour le Chef, que l’on voit se métamorphoser au fil des événements mais aussi pour le duo père/fils Marco et Gwen, avec Marco qui semble toujours dépassé par tous les événements de sa vie et Gwen, qui vit sa vie de bébé en toute innocence. 
Jusqu’où nos politiques seront-ils capable d’aller pour nourrir le pays ? Quelles seront les conséquences de tels actes ? Je vous conseille vraiment de lire ce livre pour le découvrir.
Je félicite aussi tout particulièrement l’auteur pour ce livre incroyablement bien écrit. Tout est fluide, tout est cohérent, tout se tient. C’est agréable à lire, chose qui n’est pas aisé quand on souhaite écrire sur de tels sujets. C’est vraiment digne d’un grand auteur et j’espère que sa carrière d’écrivain le mènera loin parce que son oeuvre est vraiment hyper agréable à lire !

icone menu jaune

Je suis très loin des sentiers battus aujourd’hui, puisque c’est un roman « politique » que j’analyse aujourd’hui. Même si, à mon âge, la politique, « heu…. » hein ? J’avoue que j’étais assez dubitative face à ce nouveau challenge, mais vu que j’adore les défis, je l’ai lu. D’une seule traite, sans le lâcher, pour rester dans le rythme. Et ça n’a pas été vraiment difficile… La plume de l’auteur nous emporte avec son texte et je n’ai pas vu le temps passer ! Un roman qui se passe à notre époque, dans notre monde, sans l’embellir ni le rendre moche. Un portrait de nous-mêmes… et une projection dans le futur aussi. Mais on suit parfaitement l’histoire de Marco et Tania.     
J’ai bien aimé les personnages dès le début, Marco et Gwen. Ils ont côtés attachants, très terre-à-terre, j’avais l’impression d’être moi-même Gwen et pourtant, il est fictif et moi pas. C’est important pour un lecteur d’être investi avec le personnage et c’est réussi dans ce roman ! Bon, vu que Gwen est un enfant et moi pas, il y a une différence ! Mais cela prouve encore une fois la force de la plume de l’auteur : elle parvient à nous rappeler des souvenirs d’enfance ! Mon personnage préféré est sûrement Marco tout de même, par son côté « Monsieur tout le monde » justement. Il se nomme Marco, mais il aurait pu être n’importe qui et l’histoire marchait aussi !  
Franchement, ce n’est pas forcément un roman pour un très jeune public. Mais même moi, à dix-huit ans, j’ai réussi à le lire sans aucune peine ! L’histoire est fluide, agréable, pleine de rebondissements et de petits passages drôles. Une vraie bulle de bonne humeur, à lire d’urgence !

icone menu jaune

L’avis de KultureShoot.com          
Planète verte est un court roman plutôt plaisant à suivre. Il propose une démarche assez proche de la fable ou du conte, comme a pu le faire il y a quelque temps Boualem Sansal avec son 2084. D’ailleurs, la France que nous décrit Marcus Hönig pourrait très bien être une étape sur la route qui conduit au monde post-apocalyptique qu’imagine Sansal. Dans les deux cas, il me semble que le message est plus important que l’histoire, ici une machination politique, qui le véhicule. C’est d’ailleurs dans sa dimension politique que Planète verte (peut-être une référence à Soleil vert ?) est, à mon avis, le plus réussi. Le roman illustre habilement les méthodes d’un parti d’extrême droite pour manipuler les foules. Elles reposent en grande partie sur l’infantilisation de ses partisans puis de la population dans sa globalité. Cela se traduit par  une présidente le plus souvent désignée par son simple prénom,ici Marion (tiens, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?), ou par des citoyens dont la vie est intégralement gérée par l’Etat. L’intrigue nous fait également pénétrer les rouages de ce gouvernement. Sur ce plan, Planète verte est plutôt une réussite. Je suis par contre moins convaincu par quelques points. Tout d’abord, si l’on reste dans l’aspect politique, j’ai trouvé le roman parfois trop manichéen. Il pose en effet une opposition puissants / peuple qui me paraît simpliste. La population est une victime qui s’est laissée manipuler (le récit sous-entend la même chose pour la présidente du parti qui aurait plus ou moins été broyée par le poids de son héritage et par la mécanique du parti). J’ai du mal à adhérer à cette vision que je juge un peu trop optimiste de la nature humaine. Il ne faut pas sous-estimer l’adhésion populaire à de telles pratiques. Ensuite, c’est l’intrigue qui m’a un peu laissé sur ma faim. Le suspense autour du projet Planète verte est assez léger et j’ai assez rapidement deviné en quoi il consistait. Cependant, cela ne gêne pas réellement le plaisir de lecture. Non, ce qui m’a le plus dérangé c’est la dernière partie du roman qui conclue, je pense, bien trop rapidement l’histoire. J’aurais aimé que les mécanismes du pouvoir soient plus amplement développés, surtout que le roman soulève des questionnements intéressants : comment nourrir la population quand le pays vit renfermé sur lui-même ? Comment gérer le problème du chômage ou de la désertification des campagnes ? Conclusion : Espérons que les prévisions de Marcus Hönig, quant à l’avenir de la France, s’avèrent erronées… Planète verte est un récit agréable, agrémenté d’une réflexion intéressante sur le fonctionnement des régimes totalitaires. Avec une intrigue plus solide, ce court roman aurait gagné en puissance. En tout cas, Marcus Hönig est un auteur à suivre.

icone menu jaune

Bon roman, dérangeant, qui fait réfléchir           
Le roman est bien écrit, l'histoire captivante, le sujet d'actualité, je conseille ce livre. Bravo à l'auteur pour ce roman !

icone menu jaune

Un roman qui se lit d’une traite     
Entre noirceur et optimisme. Paraît-il que les américains s’arrachent 1984 de George Orwell, arrachons nous « Planète Verte » avant qu’il ne soit trop tard ! De la ville à la campagne, de l’isolement à la rencontre, de la survie à la liberté… Un voyage avec des personnages attachants qu’on n’a pas envie de quitter en refermant le livre. Une anticipation qui fait frémir (parfois à l’image de l’actualité) mais qui laisse place au bonheur et à l’espoir.

icone menu jaune

Comment vivre, tout simplement, dans un régime totalitaire ? 
Un livre qui se lit d’une traite, entre fiction et anticipation malheureusement pas si improbable que cela et par certains côtés dramatiquement déjà présente...(Qui se baigne encore léger dans la méditerranée ?) Mais où la vie prend le dessus, ou pas ? À chacun son interprétation…

icone menu jaune

Un très bon premier roman !         
Les sujets évoqués, les personnages et l'histoire forment un tout qui vous pousse à réfléchir. Un roman à lire absolument !  

icone menu jaune

La plume de l’auteur est belle et dure à la fois.   
C’est un roman d’actualité qui reflète certaines réalités actuelles, et d’autres à venir. Ce roman est très rapide à lire. On se laisse porter par l’histoire, les personnages. En parlant des personnages, j’ai détesté du début à la fin, la présidente Marion Seillard. J’ai eu pitié d’elle à la fin. La famille de Tania et Marco est toute mignonne. On peut facilement s’identifier à elle. L’histoire est d’autant plus touchante car ils veulent le meilleur pour leurs enfants. Le retournement de situation est juste… bien fait ! Je ne m’attendais pas à un tel retournement de situation. Quelques moments sont assez flippants ! Les explications du projet Planète Verte ou des complots, sont parfois complexes. Mais j’ai bien aimé cette complexité. On vit dans un monde complexe où tout est dit de manière complexe (les lois, par exemple) ! Ce livre nous fait réfléchir à la politique, à l’Homme. Je pense, qu’un jour, les évènements évoqués dans ce roman vont arriver en France.  Un très bon premier roman ! Les sujets évoqués, les personnages et l’histoire forment un tout qui vous pousse à réfléchir. Un roman à lire absolument !

icone menu jaune

Orwell n'a qu'à bien se tenir!         
Ce livre tient en haleine du début à la fin. Toujours à la limite de l'improbable (voire invraisemblable), mais sans jamais la franchir. Je me suis répété tout au long du livre "Mais non, ça, c'est impossible que ça arrive..." pour ensuite me dire "Quoiqu'en fait...?". Un excellent premier bouquin, j'attends la suite avec impatience!

Nous avons 11 invités et aucun membre en ligne