Aujourd’hui, allons-y les mains dans les poches, les vôtres. Parlons de la seule chose à laquelle on connait un plafond (bas) psychologique, un seuil critique, un motif de se rouler par terre en public, votre argent qui s’en va, au revoir. Si vous avez le sentiment qu’en cours de lecture je pourrais chercher à vous délester, contentez-vous de garder les bras en l’air et cessez de croire n’importe quoi. Je n’ai aucunement l’intention de m’attirer une réputation mafieuse, d’autant que vous devriez savoir à ce stade de nos fréquentations, mon incapacité à conduire un combat ordinaire, fût-il du modèle le plus basique.

C’est qu'ainsi, les romans Planète Verte et Continuer d’aimer sont en vente au prix de 0.99 € dans leur version ebook (pas encore chez le grand forestier qui traine des pieds, mais qui y viendra sans tarder), mais partout ailleurs oui, Fnac et autre.

Vous avez toujours les bras en l’air ? Comment va votre plafond psychologique ? Ah, bon ..

Oui, les bouquins accessibles à qui n’a pas le sou, c’est important. Et il vaut mieux qu’il se casse les mirettes à lire sur un bidule numérique plutôt que se prostituer pour avoir de quoi payer ou pire, se priver de lire ces livres.

Un avis sur la question ? Des félicitations chaleureuses dont vous ne sauriez quoi faire?

________________________

La dernière chronique...

Les métiers de l’écrivain chômeur – blaguepubliqueologue

9 octobre 2018

Qui ne rêve pas de faire une découverte, de temps en temps, même modeste ?
Ainsi, il m’arriva, pas plus tard qu’hier, une occasion nouvelle de louer ma propension à la sérendipité, cette astucieuse manière qu’ont les mystères de se révéler à vous de manière fortuite. Cette façon qu’ont certaines vérités de se jeter sur vous comme un chien sur la jambe de votre pantalon est fort jouissive, souvent sujette à un niveau de stupéfaction qui n’est donnée qu’aux détenteurs des plus grands secrets.

Pour les plus fins connaisseurs de la géographie mondiale, l’affaire se déroula au parc Jouvet, joyau semi-tropical de la ville de Valence, qui prolifère avec gaité dans les remous sonores de l’A7.  
J’y séjournais sur un banc, aux heures les plus innocentes du jour. Bien m’en a pris d’y être avec ce que j’avais de plus contemplatif.

lire la suite

Nous avons 9 invités et aucun membre en ligne

Cookies make it easier for us to provide you with our services. With the usage of our services you permit us to use cookies.
Ok